NAS DIY

Auteur :
Aidan LEGAL, 14 ans (Alias ChitoFab)

Pourquoi acheter un NAS ? C’est quoi un NAS ?

NAS signifie Network Attached Storage donc en français “stockage en réseau”.

Un NAS est un ordinateur qui gère un stockage dans votre réseau privé (LAN). Il remplace les disques durs externes et a pour avantage de garantir la sécurité de vos données (avec le système de raid), donc fini les données perdues à cause de la panne d’un disque dur ! Comme il est connecté en réseau, vous pouvez accéder aux mêmes fichiers depuis vos différents ordinateurs et encore mieux, avec une bonne configuration, vous pouvez y accéder depuis n’importe où dans le monde avec une connexion internet et donner l’accès à vos amis.

Choix d’un NAS et de l’atout d’un NAS DIY (Do It Yourself)

Comment avoir un NAS ? Et lequel choisir ? On peut soit acheter un NAS tout fait (comme un Synology DS918+), ils sont simples à configurer. Mais le problème est leur prix (environ 580€). Finalement vous ne payez pas la machine mais surtout l'OS (Système d'exploitation intégré) (qui est très bien fait, pour une expérience utilisateur optimale). Aujourd’hui le NAS que je vais présenter est un NAS DIY, il a des performances égales voire légèrement plus élevées que le NAS Synology pour beaucoup moins cher (environ 200€). Mais attention, des connaissances en informatique sont nécessaires pour se lancer dans ce projet, il y aura de la configuration comme par exemple le NAT/PAT, les ports, linux…

Image
NAS synology DS918+

 

Interface d’un NAS synology

 

Choix des composants :

Pour la carte mère, je préfère vous prévenir, ce sont des cartes mères qui disparaissent souvent de la vente. Donc il y a un risque que, lorsque vous lisez cet article, la carte mère ne soit plus dispo (mon boitier est compatible avec toutes les cartes mères de taille Mini-ITX). Ce modèle est celui que j'ai acheté.

Explication du choix des composants

Pour le choix des composants, je me suis basé sur plusieurs critères ; il y a déjà la consommation, car un NAS ne doit pas consommer beaucoup d’énergie vu qu’il est allumé 24h sur 24. Il y a aussi le coût, pour que ce ne soit pas trop cher et il y a la puissance du processeur (pas besoin d’un i9). Même si on pousse un peu les choses sur son NAS en rajoutant d’autres services (plex, nextcloud…) pas besoin d’un processeur très puissant, un petit celeron suffit largement. J’arrive par exemple avec un celeron à faire tourner le NAS avec Plex + Nextcloud + Grafana + serveur Minecraft et il est à 50/45 % d’utilisation (quand une personne est connectée sur Minecraft).

 

Je vous ai mis tous les autres composants que j’utilise (mais vous pouvez les changer si vous voulez) :

Introduction du choix du système d’exploitation du NAS

Pour les NAS DIY, il existe plusieurs systèmes d’exploitations dédiés (je vais vous montrer seulement les 3 principaux) et je vais vous faire un comparatif pour que vous choisissiez celui qui vous convient.

 

Avis sur le système d’exploitation Truenas/Freenas

Pour commencer, il y a Truenas/Freenas. Ce système d’exploitation est basé sur linux (freebsd).

Il a pour atout d’être opensource et gratuit. Il permet de faire des raids et utilise le ZFS qui permet de ne pas avoir de données corrompues s'il y a une coupure de courant, ce qui est génial (le ZFS a d’autres atouts). Si vous avez beaucoup de données et que votre utilisation d’un NAS se résume juste au stockage et juste peut être un plex, Truenas est fait pour vous. Le système est extrêmement stable (même plus stable que mon Windows), je l’ai mis sur mon NAS et il n’a jamais crashé. Truenas/Freenas est une solution utilisable pour les professionnels. Par contre il consomme beaucoup de ram car le minimum pour faire tourner l’OS est 8 go (et pour cause le ZFS). Mais attention, pour ceux qui veulent un NAS sur lequel ils peuvent mettre des machines virtuelles, des dockers, faire un nextcloud, un plex, faire un vpn, Truenas/Freenas n’est pas fait pour vous.

Pour vous donner une idée, j’ai passé un temps fou à essayer de configurer un serveur openvpn (vpn) et réussir à me connecter, et quand j’ai réussi, le serveur vpn n’envoyait pas de données sauf pour valider la connexion. Bref, je pense que vous avez compris.

Présentation du système d’exploitation Openmédiavault

Openmédiavault est aussi basé sur linux (debian), il est aussi opensource et gratuit. Il permet aussi de faire des raids sur vos disques mais il est moins stable (j’ai déjà fait crasher le système). Il n’utilise pas de base le ZFS (il est possible de l’installer via un plugin) et a une interface très simpliste et moins travaillée (ça devrait s’améliorer avec openmediavault 6 qui n’est pas encore sorti à l’heure où j’écris cet article) ce qui la rend très légère. Il a un fonctionnement très simple à comprendre et permet d’utiliser docker avec lequel on peut créer facilement des machines virtuelles. Si je reprends l’exemple du vpn (openvpn) j’ai réussi en 10 minutes dessus à créer un serveur vpn. Il y a une très grande communauté avec beaucoup de tutos et il y a un forum bien rempli d’aides. Bref, pour ceux qui veulent savoir, je suis passé sur openmédiavault après truenas/freenas car je n’arrivais pas à installer le vpn.

Présentation du système d’exploitation Unraid

Il reste un dernier système d’exploitation qui est Unraid. Il est payant et non opensource. Je ne l’ai pas testé (car il est payant) mais je vais vous dire ce que j’ai trouvé dessus. Il a une interface vraiment jolie. Il est facile d’utilisation (pour quelqu’un qui ne connait pas trop l’informatique ça reste plutôt dur) mais il n’a qu’une petite communauté et il intègre, comme openmediavault, les dockers.

 

Explication du design du NAS DIY

Et comme je voulais avoir un NAS 100% DIY, j’ai aussi fait le boitier (Oui le boitier !) en impression 3D au fablab. Il a fallu inventer une forme, pour ça j’ai réfléchi et j’ai trouvé la forme idéale. C’est celle-là pour moi (dessin ci-dessous) (oui il est pas très bien fait, mais c’est un brouillon).

 

Explication du choix du design de NAS DIY

Pour le design, j’ai mis des racks de disques durs comme sur les serveurs pro, en haut pour avoir une meilleur aération des disques durs (donc j’ai rajouté des aérations). C’est pourquoi j’ai mis la carte mère et l’alim en dessous. C’est aussi pour gagner de la place tout simplement. Voila comment j’ai imaginé le boitier, et puis go Fusion360!!!

 

Quelques étapes de la modélisation sur fusion :

Après de longues heures sur fusion360 je suis arrivé au fichier final, j’ai réussi à trouver les côtes des composants sur internet, et puis voila, j’ai fini. Et voici à quoi il ressemble dans le logiciel :

 

Explication des détails rajoutés sur fusion360

J’ai rajouté des détails pour l’esthétique, dont un “MS2020” pour “Mon Serveur 2020” et des bandes pour le style. J’ai fait aussi 2 pièces en plus que celles prévues normalement, une pour améliorer la solidité et la facilité d’impression et une pour que ça ne soit pas de la même couleur.

Après il ne reste plus qu’à imprimer le tout sur une imprimante 3D, celle du fablab Amanlis. J'ai rencontré des problèmes pour l’une des pièces, à cause du sens dans lequel je l’avais imprimée.

Pour vous, pas de problème, je vous ai mis la position des pièces ci-dessous en photo. Pour les impressions, j’ai mis un remplissage gyroide (pour voir ce que c’est, j’ai mis une photo ci-dessous) car cette forme (c’est pas moi qui le dit) est la plus optimale pour résister à une force. Sinon, comme paramètres, j’ai mis 20% de remplissage et une épaisseur de couche à 0,2 mm.

Remplissage Gyroide
Fichiers 3D à télécharger
Fichier
hdd_bouton.stl (.stl - 178.4 Ko)
Fichier
bouton.stl (.stl - 597.84 Ko)
Fichier
hdd_porteur.stl (.stl - 148.03 Ko)
Fichier
hdd_rack.stl (.stl - 562.97 Ko)
Fichier
partie_bas.stl (.stl - 1.29 Mo)
Fichier
partie_du_haut.stl (.stl - 1.6 Mo)
Fichier
partie_pour_relier.stl (.stl - 378.01 Ko)
Fichier
protection_bouton.stl (.stl - 666.78 Ko)

Voilà, après les impressions finies et les composants livrés, il ne reste plus qu’à le monter et c’est terminé.

Et une fois monté, ça donne ça :

Voila, j’espère que mon projet vous a plu !

Si vous avez des questions dessus vous pouvez me contacter à l’adresse mail suivante : chitofab [dot] orgatgmail [dot] com

Publié le 02 juin 2021